Silent Space, technologie de masquage sonore
pour limiter l’impact du bruit en espace ouvert.

Le masquage sonore repose sur la diffusion homogène d’un son neutre et doux s’apparentant à un « bruit rose ».

Ce son masquant possède des propriétés physiques lui permettant notamment d’être non identifiable tout en réduisant le rapport du signal de la parole sur le bruit ambiant. Le résultat, une réduction de la zone où la parole humaine est intelligible que l’on appelle le rayon de distraction. Les paroles distantes sont alors moins compréhensibles et les pics de bruits ne parviennent plus à l’oreille humaine de manière aussi frontale.

Comment cela se traduit-il ?

schema2

Les opérateurs s’habituent naturellement à la présence de ce signal ajusté et finissent pas ne plus le percevoir au bout de quelques minutes. Dès lors, un cloisonnement virtuel est créé autour de chaque opérateur. Enveloppé par ce signal, celui-ci retrouve un espace de travail plus intimiste et tend à modifier naturellement son comportement.

Aujourd’hui, près de 20% des bureaux partagés des pays anglo-saxons en sont équipés.

Le masquage sonore repose sur la diffusion homogène d’un son neutre et doux s’apparentant à un « bruit rose ».

Ce son masquant possède des propriétés physiques lui permettant notamment d’être non identifiable tout en réduisant le rapport du signal de la parole sur le bruit ambiant. Le résultat, une réduction de la zone où la parole humaine est intelligible que l’on appelle le rayon de distraction. Les paroles distantes sont alors moins compréhensibles et les pics de bruit ne parviennent plus à l’oreille humaine de manière aussi frontale.

Comment cela se traduit-il ?

Les opérateurs s’habituent naturellement à la présence de ce signal ajusté et finissent pas ne plus le percevoir au bout de quelques minutes. Dès lors, un cloisonnement virtuel est créé autour de chaque opérateur. Enveloppé par ce signal, celui-ci retrouve un espace de travail plus intimiste et tend à modifier naturellement son comportement.

Aujourd’hui, près de 20% des bureaux partagés des pays anglo-saxons en sont équipés.

x

Formulaire de demande de devis

  • (les dimensions, la disposition des bureaux, les ouvertures, flux de passage)
  • :
Silent Space, technologie de masquage sonore
pour limiter l’impact du bruit en espace ouvert.

Le masquage sonore repose sur la diffusion homogène d’un son neutre et doux s’apparentant à un « bruit rose ».

Ce son masquant possède des propriétés physiques lui permettant notamment d’être non identifiable tout en réduisant le rapport du signal de la parole sur le bruit ambiant. Le résultat, une réduction de la zone où la parole humaine est intelligible que l’on appelle le rayon de distraction. Les paroles distantes sont alors moins compréhensibles et les pics de bruits ne parviennent plus à l’oreille humaine de manière aussi frontale.

Comment cela se traduit-il ?

schema2

Les opérateurs s’habituent naturellement à la présence de ce signal ajusté et finissent pas ne plus le percevoir au bout de quelques minutes. Dès lors, un cloisonnement virtuel est créé autour de chaque opérateur. Enveloppé par ce signal, celui-ci retrouve un espace de travail plus intimiste et tend à modifier naturellement son comportement.

Aujourd’hui, près de 20% des bureaux partagés des pays anglo-saxons en sont équipés.

Le masquage sonore repose sur la diffusion homogène d’un son neutre et doux s’apparentant à un « bruit rose ».

Ce son masquant possède des propriétés physiques lui permettant notamment d’être non identifiable tout en réduisant le rapport du signal de la parole sur le bruit ambiant. Le résultat, une réduction de la zone où la parole humaine est intelligible que l’on appelle le rayon de distraction. Les paroles distantes sont alors moins compréhensibles et les pics de bruit ne parviennent plus à l’oreille humaine de manière aussi frontale.

Comment cela se traduit-il ?

Les opérateurs s’habituent naturellement à la présence de ce signal ajusté et finissent pas ne plus le percevoir au bout de quelques minutes. Dès lors, un cloisonnement virtuel est créé autour de chaque opérateur. Enveloppé par ce signal, celui-ci retrouve un espace de travail plus intimiste et tend à modifier naturellement son comportement.

Aujourd’hui, près de 20% des bureaux partagés des pays anglo-saxons en sont équipés.

x

Formulaire de demande de devis

  • (les dimensions, la disposition des bureaux, les ouvertures, flux de passage)
  • :